Sélectionnée par Ateliers d’Art de France, l’œuvre pièce unique en émail champlevé  réalisée par Florence Closset est exposée tout l’été au Parvis des Métiers à Bourges avec les autres lauréats du Prix régional  de d’AAF. Cette œuvre sensuelle et remplie de sensibilité, amène aussi à réfléchir. De nombreux symboles et sens cachés sont présents dans ce tableau. Cette création reflète la finesse et la minutie que cette technique ancestrale impose, celle du travail de l’émail champlevé. Une œuvre qui invite le visiteur à être un observateur attentif et à se plonger quelques secondes dans une parenthèse féerique, apaisante remplie de douceur et de force. A travers cette réalisation, vous comprendrez un peu plus l’univers de l’artiste et la passion avec laquelle elle conçoit des pièces uniques, pensées pour chacun de ses clients et fidèles aux symboliques qui leur sont chères.

Mythologie ? Allégorie !

L’artiste a choisi, à travers ses œuvres, de raconter des histoires à qui prend le temps d’« entrer dans le tableau » ! Le visiteur furtif voit un cheval… là où l’observateur attentif  voit une licorne… puis deux. Il découvre ensuite que l’une est terrestre l’autre marine… La licorne terrestre est resplendissante, soignée, reflet d’une vie sophistiquée. Celui avec qui elle a rendez-vous, sous la lune à la tombée de la nuit, porte les traces de sa vie aquatique.

Lui, le mâle, le cheval-sirène évoque par sa teinte, les fontaines antiques où le temps et l’eau font leur œuvre de patine. Un liseré de vert de gris orne le contour de la licorne aquatique. Il n’est pas seulement un cadeau spontané du métal, Il est ce que la culture japonaise appellerait « le Don ». Le travail d’oxydation s’offre à l’artiste, qui se doit de le mettre savamment en scène pour qu’il fasse partie de l’histoire.

L’œuvre « Licornes en amour », pièce unique, réalisée en Email Champlevé et cuivre gravé, raconte, à travers cette rencontre nocturne, l’histoire d’un amour impossible entre deux créatures que leur physique rassemble mais que leur milieu sépare…

Cette pièce constitue un hommage à mon père. Émailleur d’exception et créateur en haute orfèvrerie. Il ornait souvent ses coupes de créatures sirènes plus particulièrement des chevaux